Dossier du moment

Publié le: 
30/11/2016

Se protéger et lutter au naturel contre les maux de l’hiver

Lors des changements de saison, et notamment en hiver, le refroidissement des températures va obliger le corps à rester à la bonne température pendant qu’il lutte contre le refroidissement. Les défenses immunitaires passent alors au second plan, ce qui facilite la pénétration des pathogènes.
D’autres facteurs tels que la fatigue (changement d’heure) ainsi que le stress vont également diminuer les défenses immunitaires.
Il est donc essentiel de renforcer son système immunitaire en amont des baisses de températures pour prévenir des maux de l’hiver. La nature nous offre des remèdes efficaces pour anticiper ces coups de froids mais aussi pour les soulager et les traiter. On aurait tort de s’en priver !
Découvrez les plantes et vitamines, que vous pouvez consommer cet hiver, pour anticiper et traiter les coups de froid au naturel.

MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR AVEC…

LA VITAMINE C : Avant les changements de températures, faites une cure de vitamines C ! Durant le premier jour d’un refroidissement, la concentration moyenne de vitamine C dans les globules blancs du sang tombe de moitié pour tuer l’agent envahisseur. Afin de maintenir une concentration suffisante de vitamines dans les globules blancs, il faut augmenter l’apport en vitamine C. De plus, la vitamine C est aussi favorable pour réduire la durée de convalescence. C’est également un puissant antioxydant qui facilite la neutralisation des radicaux libres produit lors de la réponse immunitaire. Pour faire le plein de Vitamine C, mangez beaucoup de fruits et de légumes comme la goyave, le cassis, le kiwi, le poivron rouge, le chou de Bruxelles ou le brocoli cuit. Vous pouvez également faire une cure d’acérola. Son fruit appelé cerise des Antilles, est le plus riche en vitamine C !
Certaines plantes sont également efficaces pour prévenir des maux de l’hiver :

L’ÉCHINACEE : Elle stimule notre système immunitaire. Elle permet notamment de produire plus de globules blancs et les rend plus efficaces contre les micro-organismes pathogènes.

LE GOJI : La baie de goji est utilisée depuis des milliers d’années en médecine traditionnelle chinoise pour améliorer la santé dans son ensemble, protéger la vision, renforcer le système immunitaire,… De nombreuses études ont montré que la baie de goji soutient un système immunitaire fort en augmentant le taux de transformation des lymphocytes (cellules immunitaires indispensables à la défense de l’organisme face aux pathogènes) et en améliorant la fonction de  phagocytose des macrophages (qui permet l’évacuation des pathogènes neutralisés par les lymphocytes).

L’ASTRAGALE : La racine d’astragale est reconnue pour être un puissant tonique immunitaire. Des recherches scientifiques ont validé l’effet positif de l’Astragale sur le système immunitaire. Elle agit en stimulant les macrophages (responsables de la destruction des micro-organismes). L’astragale stimule également les natural killer. Ce sont des cellules du système immunitaire capables de détruire les cellules de notre organisme qui ont été infectées.

SOULAGER ET TRAITER : LES SOLUTIONS NATURELLES

LES PÉPINS DE PAMPLEMOUSSE
Depuis des années, et suite à de nombreux ouvrages (comme « Secrets et Merveilles du Pamplemousse » aux Ed. Médicis) et travaux (comme ceux du Dr Jacob Harich, scientifique serbe ayant découvert les qualités de l’extrait de pépin de pamplemousse), l’extrait de pépins de pamplemousse est surnommé « antibiotique naturel ».
L’extrait est en fait obtenu par les pépins mais aussi par les péricarpes de pamplemousse qui comprennent l’épicarpe, le mésocarpe et l’endocarpe. Les péricarpes de pamplemousse sont la partie la plus concentrée en bioflavonoïdes. L’extrait obtenu est ainsi naturellement riche en bioflavonoïdes et en limonoïdes, reconnus pour empêcher l’oxydation. D’après des études in vitro, les composants des pépins de pamplemousse ont une action sur le développement de microorganismes. Ils les inhibent, et donc détruisent les bactéries. Ils inhibent également le développement fongique. L’extrait de pépins de pamplemousse, a un large spectre d’action. En effet, ses vertus s’étendent sur environ 800 colonies de bactéries et de virus, sur une centaine de colonies de champignons et sur un grand nombre de parasites unicellulaires, tout en préservant la flore intestinale. Il est traditionnellement utilisé en cas de dysfonctionnements gastro-intestinaux et de problèmes liés à la sphère ORL. Il permet donc d’augmenter la résistance de l’organisme et de soutenir le métabolisme. En cas d’affection respiratoire, il aidera d’autant plus à faciliter la respiration et à lutter contre la colonisation des microorganismes pathogènes. Il est alors idéal lors des changements de saison et en période hivernale.

LE MIEL
Si le miel, surtout reconnu pour son fort pouvoir sucrant, améliore la qualité gustative du produit, c’est également un aliment énergétique réputé pour la santé de l’organisme. En effet, le caractère antiseptique du miel est lié d’une part à la présence de deux types de protéines : les inhibines qui inhibent la prolifération des bactéries et les défensives qui renforcent l’immunité. D’autre part, son fort taux de sucre, sa faible teneur en eau (15 à 18%) et son acidité créent des conditions inadaptées à la croissance des microbes. Ainsi, c’est un véritable allié pour nettoyer les bronches, calmer les toux, le nez qui coule ou soulager la gorge. Il ralentit aussi l’absorption de l’oxygène, et favorise ainsi l’oxygénation des tissus. Il est en outre riche en oligoéléments, vitamines et minéraux, n’augmentant que plus sa valeur nutritionnelle.

LA PROPOLIS
La propolis est élaborée par les abeilles à partir des bourgeons et des écorces des arbres, afin de protéger la ruche des agressions extérieures. Les propriétés de la propolis sont très nombreuses : elle agit sur les bactéries et les champignons. Elle est également traditionnellement reconnue pour soulager, apaiser (par stimulation des macrophages) et cicatriser. Une étude a, par exemple, montré son efficacité pour diminuer la gravité et la fréquence des gênes au niveau des voies respiratoires supérieures notamment en association avec la vitamine C.

L’ÉCHINACÉE
En plus de stimuler le système immunitaire, cette plante est utilisée pour prévenir les problèmes de voies respiratoires supérieures et pour atténuer le mal de gorge.
De nombreuses études se sont alors attardées particulièrement sur la pertinence et l’efficacité de l’échinacée dans le traitement de symptômes courants tel que le nez qui coule, la fatigue, les contractions musculaires, la température, etc. Les résultats démontrent que l’échinacée permet de diminuer la durée et la gravité de ces symptômes ainsi que leur fréquence.
Une étude clinique récente a su, quant à elle, démontrer que des pulvérisations d’extraits d’échinacée étaient efficaces pour atténuer le mal de gorge

QUELQUES CONSEILS POUR ÉVITER LE COUP DE FROID

SE LAVER LES MAINS RÉGULIÈREMENT
Un bon nombre de virus et microbes se transmettent par les mains !
Il est impératif de bien se laver les mains pendant 30 secondes avec du savon en insistant sur les ongles, extrémités des doigts et poignets : avant et après les repas, en rentrant chez soi, après les transports en commun, après un passage aux toilettes, après avoir toussé dans ses mains ou s’être mouché, après avoir touché des objets utilisés par une personne malade (télécommande, souris et clavier d’ordinateur, poignées de porte, etc.)
Dans la situation où vous n’auriez pas de points d’eau, emmenez partout avec vous un gel hydro-alcoolique.

NE PAS SE RONGER LES ONGLES
Comme nos mains portent constamment un grand nombre de microbes qui aiment se loger sous les ongles, il faut impérativement arrêter de porter ses doigts à sa bouche, notamment lorsque l’on a les tics nerveux, de se ronger les ongles !

UTILISER DES MOUCHOIRS EN PAPIER JETABLES
Les mouchoirs en tissu sont des nids à microbes ! Le meilleur moyen d’éviter le coup de froid est d’en utiliser des jetables et de les mettre à la poubelle après chaque utilisation ! On évite de les mettre dans la poche pour s’en resservir dans la journée.

PRATIQUER UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE
L’activité sportive stimule la circulation sanguine. Les cellules et autres substances du système immunitaire circuleront plus facilement.

DORMIR SUFFISAMMENT
Une bonne nuit de sommeil est réparatrice et moins vous serez fatigué(e), plus vous résisterez aux coups de froid !

BIEN MANGER
Pour ne pas subir les coups de froid, il faut s’alimenter correctement et de préférence à heure régulière, en privilégiant les fruits et les légumes, les protéines pour fabriquer des anticorps et les produits laitiers dont la caséine est «prédigérée» (comme le yogourt et le fromage, plutôt que le lait, car ils stimulent moins la formation de mucus). À savoir, les alliacées (ail, oignons, poireaux, etc.) sont également des alliés redoutables pour notre système immunitaire.

Sources :
Pharmacognosie – 4e Ed - de Bruneton
Plantes thérapeutiques de Witch et Anton